Mike Echo

Banniere du site

[ FLASH INFO ] perquisition en Direct du 96ème BCAP a Mayo Le Camp
le 18/octobre/2018

melanchiard

ALERTE: Nos équipes techniques sont actuellement entrain de se rendre vers le bureau de L’ADC Mailanchiard, ADU de la compagnie des Hérissons du 96è Bataillon de Cavalos à pied.

En effet, après les récentes disparitions d’une caisse popote, d’enveloppes pour les partants et bien d’autres, Le commandant d’unité de la compagnie décide de faire preuve de fermeté au sujet des vols et disparitions d’argent cotisé.

Mais ce matin, c’est le travers de trop, la caisse dans la quelle était rassemblé l’intégralité de la coti (pour les nouvelles chaussettes compagnie), a disparu, dans des circonstances très étranges. Pire, elles étaient  stockées dans l’armoire forte du CDU, dont seul lui et quelques privilégiés avaient accès.

Après son enquête, le capitaine Antymichto nous affirme: « J’ai découvert qui est le coupable, il était sous mon nez depuis le début… depuis… que les snickers ont commencé à disparaître à la popote ».

Rapport Compagnie, 8H, le capitaine Antymichto, réputée pour son chignon irréprochable (ndlr: qui passe même avec un casque lourd), annonce à la compagnie:

« Des revues inopinées seront menées toute la journée dans les murs de nos compagnies pour des raisons de sécurité » explique-t-elle d’un ton ferme.

 

Entrant de nouveau dans les bâtiments, le CDU remarque une activité relativement suspecte, en effet, elle aperçoit l’ADC Mailanchiard, lumière éteinte dans son bureau, entrain de passer la serpillière à 08h14:

 

« J’ai vu l’adjudant tenir son manche à serp’, il était visiblement très nerveux, c’est ce qu’il l’a trahi, et puis, nous pouvons affirmer qu’un ADU qui passe lui même la serp’ dans son bureau, ça n’existe pas. » nous avoue la demoiselle de fer.

Commence alors une intervention musclée, durant la quelle la vaillante commandant d’unité, chargée de l’ordre et la morale de sa compagnie, donna l’ordre tacite d’ouvrir l’armoire forte de l’ADU, mais c’était sans compter sur le sous officier supérieur, visiblement tenace,qui s’exclame alors :

« La compagnie, c’est moi. Mes TIG sont sacrés, je suis l’ADU de cette compagnie, je vous interdis de les toucher, vous n’avez pas le droit de les toucher »

il avait en effet, fait preuve de ruse, puisque le sol de son bureau était encore mouillé.

Pourtant, des témoins affirment l’avoir vue « traverser sans aucun respect les TIG de notre bon ADU » lors de la perquisition.

 

Après l’ouverture des lourdes portes blindées, les autorités découvrirent une petite boîte métallique cadenassée, que le 1CL GITANOS ouvrit avec une facilité déconcertante.

Sans avoir besoins de la clé.

et c’est ainsi, qu’avec stupeur, l’intégralité de l’effectif de la compagnie des hérissons découvrirent l’horreur:

L’ADU voulait détourner l’argent des chaussettes compagnies.

Combien de snickers? Combien de coti pour monter la popote de Mayo-le-camp? Combien? Combien ce monstre avait il saccagé d’espoirs, pourquoi tant de violence et de haine?

Enquête de commandement en cours.

 

Rédaction: Mike Echo/ Golf Bravo


Commentaires :